9782221190654

A demain, Lou est une parution toute récente des éditions Robert Laffont (sorti le 07 Avril). Découvert principalement grâce à la chronique vidéo et du blog de de MyPrettyBooks. J’ai eu la chance de le trouver en occasion peu après sa sortie et en état neuf. Je n’ai pas pu résister et j’ai sauté sur l’occasion ! Le roman traite du deuil, mais de façon assez particulière puisque l’on suit une petite fille de 12 ans : Lou.

Élisabeth, Lou et la petite Laura forment avec leurs parents une famille unie et joyeuse. Jusqu’au jour où Éli part passer le week-end chez une amie et ne revient pas. Bloquée par le silence des adultes, Lou n’ose pas poser de questions. Le corps pressent ce que l’esprit refuse d’accepter, mais admettre qu’Éli est morte serait plus terrible encore que ce mutisme qui, peu à peu, empoisonne tout. C’est sur cet événement que Lou revient à la veille de ses seize ans, l’âge d’Éli à sa disparition. Comment continuer à vivre sans cette grande sœur qu’elle chérit tant ? Comment se résoudre à devenir plus vieille qu’elle ? Comment cesser d’être « la petite sœur d’Éli » ? Il va bien falloir, pourtant, passer ce cap…

Je dois avouer que je n’ai pas aimé autant que je le pensais (pas un coup de cœur) mais cette lecture reste loin d’être une déception. Je pensais être d’avantage touchée. je l’ai été bien évidement, il est difficile de rester insensible à ce récit mais j’aurai aimé une plume un peu moins simple. Peut-être quelque chose de plus travailler, moins banale dans son ensemble. D’un autre côté, je trouve que c’est un livre qui peut être adapté à un public assez jeune, grâce à ce style justement et le fait que le livre ne soit pas très long. L’auteure va à l’essentiel et n’en rajoute pas des tonnes pour mettre son lecteur plus bas que terre jusqu’à ce que son quotas de larmes soit épuisé. C’est principalement ce que j’ai aimé dans ce petit roman. La perte d’un proche et le deuil sont des sujets extrêmement fort mais aussi très « casse-gueule » en littérature. Il n’est pas facile de trouver le juste milieu entre le trop et le pas assez.  Marie-Claude Vincent à selon moi trouver une place très juste avec ce roman.

J’ai eu un peu de mal avec les changements de temps, les flashbacks, le récit du passé, le retour en arrière. Je pense qu’il faut lire le livre d’une traite pour bien s’y faire. C’est largement faisable vu sa petite taille. Concernant le récit en lui même, il était la aussi très fort et très juste. Le personnage de Lou est un personnage auquel il est facile de s’identifier. On n’a pas besoin d’avoir de sœur, d’avoir perdu quelqu’un pour ressentir la même chose qu’elle. Toutes les petites choses que l’auteure aborde nous parle directement. On vit ce deuil en même temps que Lou, on ressent la perte d’Eli et on comprends sa façon d’agir, de se laisser aller.

J’ai été très très touchée par ce personnage, par son parcours. Ces quatre années, avant de passer le cap des 16 ans et de ne plus être « la petite sœur d’Eli ».  Ce roman nous fait vivre le deuil de plusieurs façon. Il y a d’abord les parents qui pensent que le silence est la meilleure solution et ensuite l’effacement complet de la présence d’Eli dans la maison, ses affaires qui disparaissent, sa brosse à dents, ses chaussures etc … et Lou qui de ses 12 ans ne comprends tout simplement pas et qui souffrent de ces petites disparitions autant que de celle de sa sœur. Lou qui écrit dans des carnets tout ce qui lui passe par la tête afin de ne rien oublier et pouvoir tout raconter à Eli quand elle rentrera. Un grand déni, une incompréhension et beaucoup de souffrance à cause d’une formulation : « partie » au lieu de « morte ». On observe ici le grand pouvoir des mots mais aussi tout ce qu’il peuvent causer.

Le personnage de l’oncle joue un rôle très important et je l’ai absolument adoré. Le passage ou Lou se confie, ou enfin le silence se brise et ou l’on aborde la mort d’Eli comme elle doit l’être mais ou le nom d’Eli retrouve aussi une certaine présence. C’était un passage très émouvant à lire. Un très belle lecture, que je vous recommande.

NOTE : ★★★★★☆

Publicités

11 réflexions sur “A demain, Lou – Marie-Claude Vincent.

  1. Presque un coup de coeur pour moi, il m’a tellement fait pleurer. Contente que tu l’aies lu et aimé. Pour la simplicité de la plume, j’ai trouvé incroyable la capacité qu’a eu l’auteur a se placer dans l’esprit d’une enfant. Ca doit être quelque chose de difficile en tant qu’écrivain, et du coup ça m’a d’autant plus touché. Quand à l’oncle… Ce passage est tellement beau et triste en même temps. Il fallait quelqu’un d’un peu extérieur pour libérer cette souffrance, mettre les mots sur ce drame.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s