couv21410772

Tout comme l’an passé avec Esprit d’Hiver de Laura Kasischke (que j’avais adoré), j’ai eu la chance d’être sélectionnée pour participer au Matchs de la Rentrée Littéraire qui sont organisés par PriceMinister. Mon choix s’est porté sur le premier roman de Sophie Brocas qui m’intriguait beaucoup par son thème. Je pensais avoir affaire à un roman féministe captivant avec ses secrets de famille et révélations à la clé. Malheureusement je n’ai pas su trouver ce que j’attendais avec ce roman. Je remercie tout de même Price Minister pour ce partenariat et l’envoi de ce roman.

Le temps des funérailles d’une arrière-grand-mère, quatre générations de femmes se trouvent confrontées à la découverte d’un douloureux secret de famille. Lia vient d’avoir vingt ans. À la mort de son arrière-grand-mère, elle se retrouve dans sa maison de famille, dans les Landes, avec sa mère, sa grand-mère et la meilleure amie de la défunte. Durant ces quelques jours de funérailles, de deuil et d’intimité partagée, vient le moment d’échanger ses souvenirs, mais aussi de mettre de l’ordre dans les affaires de l’aïeule. Lia découvre à cette occasion des carnets de notes et des lettres soigneusement consignés dans une boîte à chaussures. À sa grande surprise, ces écrits relatent une version bien différente de la disparition du mari de son arrière-grand-mère que celle racontée depuis toujours dans le cercle familial. Poignantes, ces lettres révèlent surtout un destin brisé par la honte et le chagrin. Lia doit-elle garder pour elle un secret jalousement protégé pendant soixante ans par son arrière-grand-mère ? Ces révélations ne risquent-elles pas de déclencher un cataclysme parmi ces quatre générations de femmes ? Et que faire de l’image si lisse, et en vérité si faussée, qu’elle avait de cette très vieille dame ? Comment lui pardonner son mensonge ? Les conséquences de cette falsification de l’histoire familiale s’éclairent peu à peu dans l’esprit de la jeune fille et bousculent son propre rapport à la famille, aux hommes, à l’amour. Car c’est toute une lignée de femmes qui semble en avoir été victime, en porter les stigmates. Roman initiatique, Le Cercle des femmes démontre qu’un secret de famille marque – radicalement parfois – toute une descendance. Telle cette tribu très attachante qui a laissé peu de place à l’élément masculin dans le huis clos familial, sans jamais en saisir la raison. Lia saura-t-elle transformer ce sentiment de trahison en pardon ? Sa colère en bienveillance ? Saura-t-elle rompre la fatalité du « cercle des femmes » pour s’ouvrir aux hommes et à l’amour ? Servi par une écriture originale, pleine de fraîcheur, Le Cercle des femmes est porté par une petite musique qui nous entraîne d’une page à l’autre dans une galerie de personnages féminins aussi touchants que fantasques.

Commençons par discuter de ce résumé …. Je sais bien que parfois ils sont atroces et remplissent bien mal leur rôle en ne disant rien ou en disant mal les choses mais il ne faut tout de même pas déconner non plus ! On a affaire ici à un roman de moins de 200 pages et le résume nous raconte pratiquement toute l’histoire. A voir la taille de ce résumé et après sa lecture, on s’attend forcement à beaucoup plus au cours de notre lecture. On se dit que le roman doit renfermer bien d’autres choses, mais plus les pages défilent et on finit par arrêter d’y croire et se résigner. Alors oui le roman est court et se lit très facilement, c’est un détail qui attire autant qu’il fait peur. Les petits livres de ce genre sont bien plus effrayant que les pavés à mon sens. Au moins on a de la substance, de la matière et de quoi faire (et lire). Ici le roman, l’ensemble est plat et son contenu un tantinet grotesque. Moi qui cherchait du féminisme je me suis dit « quoi de mieux qu’un huis clôt de femmes livrant leurs expériences, leurs secrets? » mais on tombe dans un féminisme plutôt radical, rendant les hommes coupables de tout y compris leur incapacité de prendre leur vie en main. Alors certes, certaines actions ont de quoi être critiquées et on comprend la tristesse ou le chagrin mais je ne comprend pas cette idée de ne pas se relever et avancer. Dans le fond ce roman se révèle bien fade, complètement creux et plein d’absurdités, et bien sur une fin ultra prévisible.

L’absence masculine de ce roman est au départ ce qui semble intéressant puis on finit par sentir une sorte de « gêne », je ne sais pas vraiment comment le définir mais c’était presque étouffant de ridicule d’être entourée de toutes ces femmes qui sont apparemment incapables d’aimer sans savoir pourquoi. Et une fois le secret dévoilé, ça empire. Tant d’incohérences qui se suivent, ça m’a fatigué ! Même sans informatique à l’époque, il me semble bizarre qu’il soit si facile d’avoir plusieurs femmes, parce qu’il a eu une bien jolie vie le papy ! De même son âge et sa rencontre avec Lia par la suite, je n’arrive tout simplement pas à croire qu’il soit encore en vie. Ce n’est pas possible! Il était déjà plus âgé que sa première femme Alice, d’un certain âge quand il a atterri à d’Auschwitz. Et on nous le présente ensuite comme ‘plus que centenaire’, oui on s’en doute merci mais c’est trop facile !! Même s’il n’est pas mort il est sénile au mieux. Enfin vraiment, je n’y crois pas.  Enfin bref je suis très dure mais vraiment ce livre est une catastrophe ambulante.

Le personnage principal est aussi complètement saoulant, elle m’a semblé n’être qu’une petite fille pourrie gâtée qui fait sa rebelle, se la joue à la fois victime et sauveuse de sa propre « malédiction » familiale. La fin nous offre une moralité à deux francs. De plus le style de l’auteur est tellement plat et terne, surement pour rendre la lecture facile mais ça la rend aussi ennuyeuse au possible, avec des phrases toute faite sur la vie, l’amour et bla bla bla. C’est un roman qui sera aussitôt oublié après sa lecture, on ne peut pas être marqué par un livre pareil. En fait je l’ai fini hier et je crois que je l’ai déjà oublié. Tout est effleuré et mal développé. Je ne sais même pas quoi vous dire d’autre, ça me fatigue d’en parler.

Au final une grosse déception pour cette dernière lecture de 2014 ! Moi qui en attendais tellement plus. Je m’excuse si ma chronique semble dure mais ce n’est pas question de mentir pour me faire bien voir d’une maison d’édition ou d’un partenariat. Vivement que je reprenne mon autre lecture en cours pour faire passer la pilule qu’aura été celle là !

NOTE :  ★★☆☆☆☆

Publicités

3 réflexions sur “Le cercle des femmes – Sophie Brocas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s