front_cover_small

Voilà un moment que j’avais ce livre dans ma bibliothèque et dans ma PAL, il est pourtant loin d’être epais. Mais à chaque fois je me disais justement qu’il etait tellement petit que je pourrais le lire « entre deux », vite fait bein fait mais il n’empêche que je ne cessais de repousser cette lecture qui pourtant m’a toujours intriguée. Je le trouvais si court et il fait pourtant pas mal de bruit. C’est Margaux de la chaine MargauxLiseuse qui m’a refait penser à ce bouquin il y a peu en l’intégrant dans sa liste de classiques préférés (bien que cela soit un contemporain pur et dur selon moi). J’ai donc sauté sur l’occasion un aprés midi d’Octobre pour le lire d’une traite puisqu’il n’ai pas possible d’en faire autrement. Ces quelques pages se révèlent être un coup de cœur que je regrette d’avoir gardé si longtemps au fond de ma PAL !

Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des oeufs sains. Entre les monts du Vivarais et le Japon, c’est le choc de deux mondes, une histoire d’amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables. Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d’une voix, la sacralisation d’un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable.

Comme je le disais, ce petit livre se lit d’une traite. Il a bien des chapitres mais ils sont également très courts et d’une fluidité telle que l’on a le sentiment de lire une nouvelle, un conte ou encore un poème plus qu’un roman. On a parfois même le sentiment d’avoir affaire à une chanson, avec cette demi page sur le voyage au Japon qui se répète comme un refrain au fil du temps et des pages. Le voyage en lui même n’a donc pas une reelle importance puisque toute cette distance et ce temps sont resumés en quelques mots, on s’interesse davantage à ce qu’il se passe d’un coté et de l’autre, à ses deux destinations et les personnages qui s’y trouvent. Ces deux mondes et cultures differentes, ces deux femmes qui se cachent derrière le personnage principal du roman, Hervé Joncour. Le marché de la soie le mène jusqu’au Japon qui vit renfermé sur lui même et derrière cette soie, et vers une autre femme que la sienne.

L’histoire de ce couple qui fait fasse aux absences, Hélène qui laisse son mari partir à l’autre bout du monde, attend avec impatience son retour et fini par le retrouver mais le sentir encore plus loin et absent qu’il ne l’était alors. Elle est pour moi le réel personnage principal de cette oeuvre et vous le découvrirez surement aussi à votre lecture. Il y a certe, aussi cette autre femme dont Hervé ne sait rien (tout comme nous) mais qui le trouble profondement. Ces deux personnages feminins effacent completement Hervé et ils sont tout les trois etroitement liés.

L’écriture d’Alessandro Baricco est d’une douceur infinie, toute en delicatesse et le plus incroyable dans ce roman c’est tout ce qui ressort non seulement du récit mais d’autant plus de tout ce qui n’est pas dit. Tout ce qui se trouvent entre les lignes, c’est ce qui fait la force et la beauté de ce livre. C’est incroyable tout ce que dit ce roman en si peu de mots, et sans les mots. L’ensemble reste pourtant simple, l’auteur n’a jamais cherché à en faire trop en abusant de styles ou autres procédés. On sent une réelle émotion et une très forte sensualité se degager du texte, particulièrement d’un passage en particulier. Tout est melodieux et très épuré. C’est un livre dont j’ai quelque peu du mal à parler, je l’ai lu il y a quelques semaines maintenant et j’ai beaucoup de mal a expliquer mon ressenti bien qu’il soit encore très clair et frais dans mon esprit. J’ai vu une reelle morale à ce roman, c’est quelque chose qui m’a beaucoup touchée et emue.

NOTE : ★★★★★★ / coup de cœur/

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Soie – Alessandro Baricco.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s