9102_aj_m_4350

Beaucoup d’entre vous ont surement déjà lu ou vu ce roman un peu partout sur la toile. Etant donné que j’ai toujours une guerre de retard je ne l’ai acheté et lu que ce mois ci. Je préfère laisser passer les vagues et lire les livres dont en entend beaucoup parler avec un peu de recul pour ne pas avoir trop d’attentes. Malheureusement j’en avais quand même pas mal en voyant le nombre de personne pour qui ce livre fut un coup de cœur, les notes qu’il reçoit sur différents sites ou blogs. Je tiens a mentionner tout de même la sublime couverture ! Vraiment pour le coup elle est très réussie et donne envie d’avoir et d’ouvrir le livre pour en découvrir le contenu !

Travis Maddox est sexy, bâti comme un dieu et couvert de tatouages. Il participe à des combats clandestins la nuit et drague tout ce qui bouge le reste du temps. Exactement le genre de mec qu’Abby doit éviter si elle veut réussir à démarrer une nouvelle vie. Mais Travis insiste et lui propose un pari. Si elle gagne, il renonce au sexe pendant un mois. Si elle perd, elle s’installe chez lui pendant un mois. Ce qu’il ignore, c’est qu’il a affaire à bien plus joueur que lui… Une fois toutes les cartes abattues, la catastrophe annoncée se muera-t-elle en amour passionné ?

Je crois que la première déception concerne un point ridicule : l’auteur. J’étais absolument persuadée que le livre était écrit par un homme ! Et je trouvais que ça changeait des autres romans du genre, j’étais curieuse de découvrir comment un homme allait aborder un tel roman d’un point de vu féminin. Mais … non, des les premières pages je lis que l’auteur et une femme et qu’elle remercie son mari. Raté ! Vraiment ça m’a un peu coupé dans mon délire mais bon je n’avais pas encore commencé le livre donc je restais quand même assez enthousiaste quant à l’histoire.  Comme tout les romans du genre, il se lit très vite. Ça se dévore carrément, d’autant que je l’ai lu au format numérique et que je lis encore plus vite de cette façon. On est très vite pris par l’histoire.

Concernant les personnages, on s’y attache plus ou moins. On a tendance à un peu plus s’attacher au personnage féminin (Abby) étant donné qu’on lit de son point de vue. On peut facilement se retrouver en elle. Quant au personnage de Travis, il ne m’a pas déplu mais j’ai trouvé qu’il était assez caricatural ! Beaucoup trop même. Le bad boy par excellence, tatoué et qui se bat mais qui se révèle ne pas être ce que tout le monde pense de lui (mauvais élève …). Je pense que les combat clandestins étaient intéressant mais il parait trop invincible pour paraître réel et réaliste. Je pense que l’auteur en a peut-être un peu trop fait. Ça m’a semblé de plus en plus ridicule au fur et à mesure que l’on avançait dans le roman.

En fait, je me plains souvent que ce genre de roman est trop court mais là c’était presque l’inverse. L’écriture est fluide et on n’a aucun soucis à ce niveau là, on ne trouve absolument pas le roman long. Les choses ne vont pas trop vite, et c’est ce que j’ai le plus apprécié dans ce livre. La romance ne nous est pas jeté à la figure en début de roman, elle met un moment à se mettre en place du coup je me suis dit que le dénouement de l’histoire serait ce moment ou il serait enfin ensemble. Non, le problème c’est que quand ce moment est arrivé j’étais à la moitié du livre ! Je vous avoue que j’ai eu très peur. C’est comme quand dans le cas inverse, il ne nous reste que quelque pages et que rien n’est réglé on se dit que la fin va être bâclée. Ici je me suis vraiment demandé ce que l’auteur allait faire de ses personnages, de son intrigue, ou est ce qu’elle allait mener tout ça, !? Une moitié de roman ? Et à partir de là c’est un peu parti en vrille. On a une histoire un peu dingue qui se passe, mais bon ça n’est pas extrêmement gênant même si encore une fois ça semble un peu gros comme situation. Ce qui m’a beaucoup déplu en revanche ce sont les « je t’aime / je ne t’aime plus », « on est ensemble / on ne l’est plus » qui ont été incessant et qui finissent par nous taper sur le système. On finit par tourner complètement en rond et ça enlève tout le charme du livre qu’on a pu avoir dans la première partie quand les personnages se découvrent. C’était vraiment dommage.

Autre chose qui m’a énervé, le surnom que Travis donne à Abby : Poulette. Je ne sais pas quel est le mot en anglais dans le roman original, si c’est bien ça ou est ce qu’on a une mauvaise traduction mais ce mot me sort par les yeux maintenant. Je ne trouve pas ça mignon du tout et il est beaucoup trop présent à mon gout. Malgré tout ces petits détails, on a une histoire qui se lit très bien et qui est n’est pas trop mal écrite, sans aucune vulgarité. Je crois sérieusement que ça ferait un film sympa, une bonne comédie ou il se passe pas mal de chose en dehors de la romance. J’y est beaucoup pensé en lisant, je me faisais le film^^. Comme c’est la mode ces temps ci, ça arrivera peut-être. En tout cas concernant le livre, je pense tout de même lire Walking Disaster qui n’est autre que le lire du point de vue de Travis qui est prévu pour le mois prochain il me semble.

NOTE : ★★★☆☆☆

Publicités

7 réflexions sur “Beautiful Disaster – Jamie McGuire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s