couv42503111

J’ai lu ce roman dans le cadre du challenge Lecture en Thème sur le forum BooksAbbey. Le thème du mois d’Août choisi par Cindy était : Bébé/Enfants. Je me suis donc inscrite avec La décision qui est dans ma PAL depuis quelques temps et que je souhaitais lire depuis un moment. J’ai lu ce livre en tard mais mieux vaut tard que jamais. Je ressors pourtant déçue de cette lecture qui s’annonçait pourtant prometteuse et dont les notes sur Livraddict inspiraient confiance. J’attendais peut-être trop de ce livre et sur ce sujet là. Un livre que j’ai déjà oublié, j’ai même cru ne pas publier de chronique tellement il n’en mérite pas.

Un matin, Louise, Excellente élève de Terminale S, a un malaise en plein cours de maths. Quelques instants plus tard, elle accouche seule d’un enfant dont elle ne savait rien, qu’elle n’a pas attendu, encore moins désiré. Assaillie de questions, Louise, la jeune fille sans histoires, croit devenir folle. Pourtant l’évidence est là : ce bébé de 3.3kg, son fils. Comment l’accepter? Soutenue par sa famille, ses amis et les professionnels qui l’entourent, Louise va découvrir la vérité et réapprendre à vivre.

Voilà ce résumé qui se trouve au dos de mon edition. Un gros ramassis de conneries. Au moment même ou je prépare cet article, je pense copier/coller le résumé de Livraddict comme je le fais d’habitude sauf qu’il est différent de celui de mon livre. Si je m’étais fié à celui du site, j’aurai peut-être davantage apprécié ma lecture :

En plein cours de maths, Louise, jeune fille sans histoires, excellente élève de Terminale S, a un malaise. Samuel, le délégué, l’accompagne aux toilettes. Du sang s’écoule, Louise ne répond plus. Hémorragie ? Suicide ? En fait, la jeune fille a accouché. Elle ne savait pas qu’elle était enceinte, mais elle a donné naissance à un petit garçon de 3,3 kg. Pourtant, Louise affirme qu’elle n’a jamais couché avec personne… Alors que s’est-il vraiment passé ? En état de choc, la jeune fille ne peut accepter la réalité. Pourtant, il lui faut décider du sort de son enfant : le garder ou le confier pour adoption. Elle n’a que quelques semaines. Et un long chemin à faire…

 Pas de grandes grande différence me direz-vous, mais si ! Soutenue par sa famille et ses amis ÉNORME BLAGUE. C’est justement ce que j’ai détesté dans ce livre. Cette pauvre Louise n’est absolument pas soutenue par sa famille ni par ses amis si ce n’est un : Samuel. Ce livre m’a mis dans un état pas possible. Il m’a énervé, je ne sais pas ou j’ai trouvé la motivation pour aller jusqu’au bout. Je souhaitais lire un livre sur le déni de grossesse, qui est un sujet qui m’intéresse et que je trouve intéressant à traiter, notamment dans un roman qui cible un public jeune. Mais non le déni de grossesse n’est pas le principal trait de ce livre, on le passe un peu à la trappe au fil des pages et c’est pourtant bien dommage. Soit, je n’ai pas d’autres choix que d’accepter ceux de l’auteur même si j’aspirais à plus.

Ce qui m’a également déplu dans le livre n’est autre que le changement de point de vue à chaque chapitre. 80 pages avant d’avoir enfin le point de vue de la personnage concernée : Louise ! 80 pages ou on alterne entre Samuel, le proviseur, les parents et les professionnels de l’hôpital ou est admise Louise… Quel était le but ? Je n’ai tout simplement pas saisi la démarche de l’auteur, si ce n’est de nous embrumer l’esprit. Louise, toute chamboulée, affirme rapidement en pleurant après la naissance qu’elle n’a jamais eu de rapports… le dénouement n’est-il donc pas évident ? Il est tout simplement plus qu’évident qu’elle s’est fait violer. On nous raconte depuis le début à quel point Louise est belle, parfaite, sérieuse et excellente en classe, toute douce et posée. Et on veut nous faire croire d’un coup, qu’elle est en faite une menteuse, une idiote. La reaction de ses parents m’a brisé le cœur, j’ai eu envie de balancé mon livre à travers la pièce. Je me suis sentie tellement triste pour elle, se retrouver seule, abandonné de la sorte par les personnes qui nous sont le plus proches. Ce livre a vite perdu tout son sens pour moi. Voir sa famille puis ses amis l’abandonner.

Certes, elle n’a aucun souvenir et sa vie change de tout au tout mais c’est largement compréhensible. Louise aura été le seul personnage compréhensible dans ce roman. Avec Samuel, qui lui reste présent et tente de comprendre, croit en Louise et ce qu’elle raconte. 250 pages pour en arriver à ce qu’on sait depuis le début : Louise n’a pas menti. J’ai détesté ce roman pour toute cette partie incluant la famille et les amis qui au final ne sont rien de moins que des enfoirés.

Le livre nous octroie quelques petits moments sympathique mais la globalité m’a écœuré d’un certain comportement humain. Quand à l’écriture, elle est aussi bien difficile à suivre. L’auteur à voulu trop en faire et finit seulement pas nous donner mal au crane. Bref ce roman est une catastrophe ! Je ne le note même pas.

Publicités

2 réflexions sur “La décision – Isabelle Pandazopoulos. (spoilers)

  1. J’avais été déçue aussi par ce livre, dommage car le sujet est très intéressant mais en fait j’attendais plutôt des réponses concernant ce phénomène très mystérieux plutôt que cette histoire assez décousue..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s