9782266171045_1_75

Je commence 2014 avec une grosse lecture. Le livre fait 558 pages tout de même, en grand format ça semble être encore plus. Mon frère qui ne lit jamais m’a fait la réflexion dans le train « Ce n’est pas un livre ça, c’est un dico ! » Oui il est gros mais comme l’héroïne du roman Liesel, j’ai pris beaucoup de plaisir à le transporter toute la semaine avec moi ! Il m’aura fallu quelques heures de trains pour en venir à bout, mais je n’ai réellement pas vu les pages passer. La lecture m’a énormément plu ! Je suis ravie de commencer l’année avec une si bonne lecture !

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s’est arrêtée. Est – ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret… Celui qui l’a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres…

Ce n’est pas le résumé que j’ai sur mon livre, le mien est beaucoup plus explicite sur le fait que nous avons affaire ici a une narratrice des plus surprenante puisque c’est La Mort elle même qui nous conte l’histoire de Liesel Meminger et l’Histoire de l’Allemagne nazie. Il y a des livres comme ça, que l’on ne possède pas encore mais dont on sait déjà qu’ils nous plairont, je ne pense pas être la seule à ressentir cela avec bon nombre de bouquins, toujours est il que La Voleuse de  Livres a toujours fait parti de ceux là pour moi. Je regrette qu’en France nous n’ayons que des couvertures assez hideuses, il faut bien le dire. La toute dernière avec l’affiche du film remonte le niveau… enfin il est bien connu qu’en France on cultive notre mauvais gout en manière de couvertures de livres, ça n’est surement pas près de changer. J’ai donc mis longtemps à me le procurer, cette couverture de PKJ qui illustre mon article était celle qui me plaisait le plus mais elle était difficile à trouver. Aurélie me l’a tout de même déniché d’occasion sur internet et me l’a offert parmi tant d’autre choses à Noël, je l’en remercie encore. Il était vraiment temps que je m’y mette étant donné que l’adaptation arrive bientôt sur les écrans ! Bref revenons en au livre et à son contenu.

Malgré son nombre de pages qui pourrait en rebuter plus d’un le livre se lit très très facilement.  Il est découper en 10 parties qui sont elles même diviser en plusieurs chapitres permettant ainsi de n’en lire qu’un si on a seulement quelques minutes, sans être obligé de s’arrêter en plein milieu. Le lecture est très fluide, le langage est assez simple sans pour autant être jeunesse. Je n’ai pas tellement ressenti ce coté là, qui est souvent plus marqué. Le coté historique du livre à sans doute aidé. Là aussi, sur l’Histoire, nous avons pas mal de détails sur l’Allemagne, la guerre, le nazisme mais c’est relativement bien dosé. Nous ne sommes pas assaillis par tout ça et ça garde sa place au second plan qui est le sien : le contexte, le décor. C’est ce qui rend le livre très humain, on se consacre d’avantage sur les personnages, leurs liens, leur ressentis et leur pertes également.

J’ai beaucoup beaucoup aimé le personnage de Liesel que l’on apprend à connaitre au fil des pages, elle est très attachante. Je ne pense pas qu’il soit possible de ne pas s’y attacher, son amour pour les livres et les mots, l’impact énorme qu’ils ont sur elle (et même sur son voisinage, sans trop vous en révéler). On ne peut trouver ça que beau, voire magique. On remarque donc un décalage tout au long du livre avec cette douceur et cette beauté des mots ainsi que des relations et liens qui se tissent face à ces temps de guerre, le froid et la cruauté. Si la seconde guerre mondiale sert principalement de contexte elle n’en ai pas moins importante, elle donne du caractère à l’histoire et à chacun des personnages. Je pense notamment au personnage de Rudy, que j’ai absolument adoré. Hans le père adoptif de Liesel et bien entendu de Max, juif vivant caché qui va développer une amitié extraordinaire avec Liesel à travers les mots. Une scène de « retrouvailles » est particulièrement incroyable, emplie de joie et de douleur à la fois. Là encore je n’ai pas envie de vous gâcher ce plaisir de la découvrir, je n’en dis pas plus. Je ne dévoile pas non plus la fin, ce que nous révèle la narratrice sur l’histoire racontée et sur son propre ressenti.

J’en suis venue à trouver le livre très poétique, mais rien à voir avec la plume de l’auteur. Ça réside plutôt au niveau du sens, des sentiments, des émotions qu’il provoque et c’est en ça que c’est impressionnant. Comme à chaque fois que j’apprécie un livre, je me demande s’il en va autrement pour certaines personnes ? Qui n’aimerait pas ce livre ? Je me demande pourquoi ? Comment ? Ca me semble tout bonnement impossible ! C’est donc un livre que je vous conseille grandement. Il est absolument incroyable et passionnant, et ce du début à la fin.

NOTE : ★★★★★★

Publicités

11 réflexions sur “La voleuse de livres – Makus Zusak.

  1. J’adore ce livre aussi, je l’avais trouvé magnifique ! J’ai un peu peur de découvrir le film pour le coup car ce livre est tellement beau …

    1. Oui c’est toujours un peu flippant les adaptations, quand on apprend qu’elles vont se faire on est toute contente et après on stresse un peu. J’espère qu’elle sera à la hauteur en tout cas ! C’est vraiment un très très beau livre !

  2. J’ai adoré aussi et pleuré comme une madeleine. Je trouvais l’histoire comme toi, très belle et originale. J’ai lu des critiques dessus où les gens n’avaient pas autant accroché que nous (je dis nous, toi et moi quoi…) justement à cause du style parce que oui, c’est vrai que ce n’est pas une manière conventionnelle d’écrire une histoire, que la mort nous « gâche » un peu le suspens en nous disant déjà ce qui va arriver mais personnellement je suis passée outre. Je l’ai même offert comme cadeau de Noël à ma sœur tellement j’avais aimé.

  3. Tellement .. Comment et pourquoi certains ne l’aiment pas? C’est vrai que ce livre nous bouleverse à un point indescriptible au travers des émotions et sentiments qu’il transmet malgré le contexte historique qui ne s’y prête tellement pas pourtant. Une merveille, je suis tombée amoureuse de ce roman.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s