esprit

Ce livre m’a été offert dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire organisée par Price Minister. Un grand merci donc pour ce livre et La garçonnière que j’ai reçu en plus en parrainant Cindy. Il y avait de nombreux livres très tentant pour cette rentrée mais puisqu’un choix s’imposait c’est Esprit d’hiver que j’ai choisi de lire en premier et de chroniquer pour ce «challenge». Ce n’est d’ailleurs pas mon premier roman de l’auteure puisque Rêves de Garçons est une de mes premières lecture de cette année 2013. J’avais beaucoup apprécié ce court roman et la plume de Laura Kasischke, ça me semblait donc être une valeur assez sure. Et je suis contente de ne pas m’être trompée.

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable.Rien n’est plus comme avant. Le blizzards s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant…

Le résumé m’a tout de suite plu, très intriguée! Et je me suis vite rendu compte que je le serai tout au long de ma lecture. Nous découvrons donc les personnage d’Holly, son mari et leur fille Tatianna un matin de Noël. Le mari est vite éclipsé et devient très vite secondaire, l’histoire n’est réellement centrée que sur Holly et Tatianna seule dans leur maison. C’est une des particularité de ce roman, il ne prend place qu’en un seul lieu donnant naissance à un huis clos des plus oppressant. Une atmosphère très particulière, page après page. Personnellement, au cours des 80 ou 100 première page je n’est pas été gêné par cette ambiance confinée, mais davantage dans la seconde partie ou on voit le nombre de page diminuer et on sent que tout va basculer. On cherche, on creuse, on avance et on fini la bouche grande ouverte tant la fin est surprenante. Car oui, comme j’en avais fait l’experience avec Rêves de Garçons Laura Kasischke ne nous laisse respirer qu’à la toute dernière seconde!

J’ai beaucoup apprécié retrouver l’écriture de Laura Kasischke que je trouve assez extraordinaire, pour sa noirceur autant que pour sa poésie. Un mélange incroyable, une écriture très imagée. Elle va toujours plus loin dans le détail, allant jusqu’à créer une frontière entre le réel et l’imaginaire. On ne sait plus dans quel univers nous nous trouvons, tellement elle nous bouscule. C’est là toute la beauté de son écriture, si posée, lente, longue et alourdie par les répétitions pour certains mais pourtant si riche, imprégné d’informations, captivante et poétique.

Le roman est construit de façon très intéressante, d’un récit interne et tacheté de flashbacks ci et là. On ne sait jamais quand ils vont tomber mais ils arrivent et nous renvoient en arrière, en Russie. J’ai pris énormément de plaisir à découvrir ces moments passés. Cette Russie, ce froid de Sibérie qui pèse sur le roman avec cette phrase: «Quelque chose les avait suivis de la Russie jusque chez eux». J’ai trouvé le livre profond dans ses thèmes et sa façon de les aborder. Ainsi nous découvrons par les pensées d’Holly, sa maladie et ses opérations (ablations et reconstruction), sa condition de femme, de mère, et puis l’adoption en Russie. J’ai aimé lire et découvrir les pensées les plus intimes et parfois honteuses de ce personnage, ses questionnements sur l’éducation qu’elle a fournit à sa fille, fait-elle bien les choses ou pas? Et ce qui a probablement été mon passage préféré, et qui je pense prend d’avantage d’importance en connaissant le fin mot de l’histoire demeure sur ce questionnement sur l’héritage génétique.

Autre chose très bien entreprise, les personnages, leur description. Je me suis rapidement attaché à Holly et Tatty, comprenant souvent leur comportement, leur réflexion l’une envers l’autre et cette relation mère/fille qui est décortiquée au possible. Je les ai aimé de la même façon et elles m’ont toutes les deux également énervées à d’autres moments. Jamais l’une a le dessus sur l’autre même quand au dénouement, on se demande encore qui est en plus mauvais état.

En résume donc, une très belle lecture pour cette rentrée littéraire. J’ai été vraiment captivée par ce roman et je suis très heureuse de l’avoir choisi. Je l’ai fini il y a une semaine et il m’est resté en tête des jours durant, nécessaire d’attendre un peu pour en faire la chronique convenable, j’espère que c’est le cas.

NOTE : ★★★★★★ . 17/20

Publicités

Une réflexion sur “Esprit d’hiver – Laura Kasischke.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s