155286726

Une nouvelle saga, encore et toujours des sagas. C’est la folie en ce moment. J’ai toujours le chic pour me plonger dans des sagas en même temps, résultat ? Je me ruine en livre. Après Divergente, voilà La Sélection. La tant attendue, tout le monde en parle, tout le monde la lit. Après avoir lu deux/trois critiques je me suis tout de même lancé, bien que le « trop jeunesse » m’ait effrayé. Mais les livres en eux même sont d’une beauté telle qu’il devient dur de ne pas les prendre sur les étalages et de ne pas craquer. La dessus pour le coup rien à redire, les couvertures sont somptueuses et cette fois la fille représentée ressemble à notre héroïne (Divergente, tu perds !). Le soucis avec les sagas c’est que je ne les déteste jamais (ou presque) au point de ne pas vouloir lire et savoir la suite. On a donc toujours plus de livre à acheter et à lire … Là encore ça n’a pas loupé, j’ai acheté le second tome la semaine suivant ma lecture du tome 01 et puis bah maintenant on attend 2014. Adieu monde cruel.

35 candidates. 1 couronne. La compétition de leur vie. Quand la dystopie rencontre le conte de fées !  Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne… Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d’Illeá, la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d’office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu’elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles… Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés : l’existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu’elle n’aurait jamais osé imaginer ?

Qu’on se le dise, le résumé vend un peu du rêve et des paillettes. Le genre typique, roman jeunesse pour les fiiiilles ! Verdict pour moi : moyeeen ! Le truc en quelques mots : gros paradoxe de l’année → Le roman en lui même est très honnêtement mauvais (un peu cul-cul, hyper prévisible, le contexte et le fond sont trop effleuré pour laisser place a l’histoire d’amour). Donc oui mauvais, mais impossible de lâcher le livre, on veut tout savoir et on avale les pages jusqu’au tout dernier mot. C’est quand même dingue et très très fort de la part de l’auteure.

J’ai lu tellement de critiques ou le livre fut un coup de cœur, j’avoue avoir beaucoup de mal à comprendre, peut-être n’ont-elles (ils ?! maybeee ??) que sur ce dernier point, le coté addictif du livre. Je n’ai personnellement pas vraiment été convaincu, deja les prénoms à dormir dehors, ça commencer sérieusement à m’énerver … America, Aspen, Maxon … WTF ?! Ca sort d’ou ça sérieux ! Je sais que c’est un détail mais bon ça devient louuurd, déjà avec Hunger Games ont été servis. Enfin bref passons. Le contexte aurait pu être assez intéressant bien qu’il rappelle un peu Le Dernier Jardin (en encore moins bien et plus jeunesse.). Là vraiment le coté romance et jeunesse sont beaucoup beaucoup trop présent pour moi. Rien que par le style d’écriture qui est très très simple. On pourrait lire le livre en diagonale et tout piger de la même façon. Ca se lit à une vitesse folle.

Seulement voilà, la recette marche et accroche à coup sur. Nos rêves de filles, de princesse remontent à la surface et là c’est le drame. On choisi Maxon ou Aspen et on attend patiemment qu’America fasse son choix. C’est principalement ce qui m’a poussé à acheter le tome 02, je voulais tout savoir. Dire qu’on doit attendre le printemps prochain, pas cool.

Pour en revenir au contenu, je trouve réellement dommage que ça soit si peu développé ! On parle de Dystopie pour cette saga, mais elle n’est pas assez aboutie à mon sens. On a tendance à penser à quelques chose de plus sombre et moins féerique … là c’est encore trop enfouie et entièrement écrasé par le coté Romance qui n’est franchement pas indispensable. Alors que l’histoires des Castes aurait pu être 100 plus intéressante ! Le personnage d’America, lui m’a un peu exaspéré aussi. Je l’ai souvent trouvé trop gamine (suis-je la seule ?!), je vous avoue que je ne me souviens plus de son age dans le roman, je confond toutes mes sagas (Le Dernier Jardin, La Sélection, Divergente, Delirium …ça devient dur de s’y retrouver !). Bref c’était peut-être voulu de la part de l’auteure.

Le prince Maxon, lui, comment vous dire … J’ai le sentiment que TOUT LE MONDE ne voit que par lui. Personnellement je le trouve infecte, il m’énerve ! Au début je le trouvais charmant. Tout est fait pour nous le dépeindre d’une jolie façon, le rendre attachant et pour qu’on l’imagine choisi par America. Ça ne prend pas avec moi, si elle le choisit j’en serai traumatisée, je vous le dis ! Je ne conçois tout simplement pas comment elle peut s’émouvoir devant un mec pareil après avoir vécu autant de choses (par si peu de moyens qui plus est !) avec Aspen. Ça me rend folle ! Comme je le disais, on se prend quand même vite au jeu et on veut tout savoir !! J’ai déjà lu le second tome, je vous fais ma chronique bientôt !

NOTE : ★★★★☆☆

Publicités

8 réflexions sur “La Selection, livre 01 – Kiera Cass

  1. Je m’y suis également laissée tenter et, résultat, je suis accro. Ça envoie du rêve et je me suis prise au jeu des princesses. Certes, l’univers mériteraient d’être un peu développé car, finalement, derrière, il y a quand même de bonnes idées.

    1. Oui l’univers, le fond de l’histoire avec les Castes, les rebelles, la royauté est très interessante mais on reste enfermé dans ce palais et le livre perd beaucoup d’interet en menant seulement le coté amourettes au centre du livre. Même si elle est attachante, elle est aussi chiante, enfin surtout dans le 02.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s