06  07  08   10

06 ◊ Ru. Kim Thúy

RÉSUMÉ : Une femme voyage à travers le désordre des souvenirs : l’enfance dans sa cage d’or à Saigon, l’arrivée du communisme dans le Sud-Vietnam apeuré, la fuite dans le ventre d’un bateau au large du golfe de Siam, l’internement dans un camp de réfugiés en Malaisie, les premiers frissons dans le froid du Québec. Récit entre la guerre et la paix, ru dit le vide et le trop-plein, l’égarement et la beauté. De ce tumulte, des incidents tragi-comiques, des objets ordinaires émergent comme autant de repères d’un parcours. En évoquant un bracelet en acrylique rempli de diamants, des bols bleus cerclés d’argent ou la puissance d’une odeur d’assouplissant, Kim Thúy restitue le Vietnam d’hier et d’aujourd’hui avec la maîtrise d’un grand écrivain.

→  Acheté sur un coup de tête et aussi pour sa jolie couverture, Ru fut une très jolie découverte. Comme le petit ruisseau dont le nom est tiré, Ru découle librement et se laisse lire de manière spectaculaire. Ce récit autobiographique est exotique et parfumé. Les chapitres sont très courts, nous content ces souvenirs d’enfance parfois durs de l’auteur jusqu’à sa nouvelle vie. Le point faible de ce livre (qui lui arrache le titre de coup de cœur) vient du manque cruel de repères chronologiques, on passe du passé au présent, de Saigon au Quebec sans arrêt et de manière presque trop brusque, il devient parfois compliqué de s’y retrouver. Mais le récit reste fluide et poétique rendant la lecture toujours très agréable et très touchante. Au travers du récit on découvre le Vietnam avant, pendant et finalement d’après guerre donnant donc un contexte histoire très fort à l’oeuvre. La plume douce de Kim Thuy s’entrechoque avec les événements violents qui ont marqués son enfance au Vietnam. Une histoire sublime.

NOTE : ★★★★★☆

07 ◊ Mes Chères Voisines. Marisa De Los Santos

RÉSUMÉ : La banlieue américaine ne se résume pas à ses pelouses manucurées, ses parterres de fleurs bien ordonnés et ses barbecues entre voisins. A travers des portraits de femmes tout en nuances, Marisa de los Santos révèle les fêlures d’une société obsédée par la perfection. Cornelia Brown en surprend plus d’un lorsqu’elle décide de quitter l’agitation de Manhattan pour s’installer dans une banlieue chic et tranquille avec son mari, Teo. Mais son nouveau lieu de résidence lui réserve bien des surprises. Parmi les  » desperate housewives  » qui l’entourent, certaines, comme l’impeccable Piper, sont loin des stéréotypes qu’elles semblent incarner. Car derrière ces vies en apparence si rangées se dissimule plus d’un secret…

→ Je me souviens avoir lu à propos de ce livre « de la Chick-Lit intelligente » et je ne peux que confirmer. La chick-lit n’est pas quelque chose que j’aime particulièrement, ça se lit trop vite à mon gout. J’ai l’impression qu’on apprécie pas vraiment. Ici l’histoire est plus posée et maîtrisée  on sent que c’est plus adulte et c’est agréable  On se sent plus considéré par l’auteur. Je m’attendais à n’avoir affaire qu’au personnage de Cornelia mais je me suis vite rendu compte que chaque chapitre correspondait à un personnage. Nous alternons donc entre 3 histoires de famille (Cornelia / Piper / Dev) pour les voir ensuite se rejoindre. On perd pieds parfois mais le livre etant tout de même un peu epais on à le temps de s’y faire. J’ai beaucoup apprecié cette lecture qui était commune sur le forum Scarlet-Roses. Ce n’est peut-être pas le genre de livres dont je me souviendrais longtemps mais j’ai pris plaisir à tourner les pages. On retrouve du comique dans le sens ou les commérages de quartiers sont présent des le début puis les stéréotypes sont petit a petit brisés et y’a un peu de drames qui donne un aspect plus réel à histoire, sensé et moins figé. J’ai beaucoup aimé tout les personnes et leur evolution, notamment le personnage de Piper qui est vite devenue ma préféré pourtant exécrable dans les premières pages.

NOTE : ★★★★☆☆

08 ◊ Oscar et la Dame Rose. Eric-Emmanuel Schmitt

RÉSUMÉ : Oscar a dix ans et il vit à l’hôpital. Même si personne n’ose le lui dire, il sait qu’il va mourir. La dame rose, qui le visite et  » qui croit au ciel « , lui propose, pour qu’il se sente moins seul, d’écrire à Dieu.

→ Beaucoup m’ont décrit ce livre comme un de leurs coups de cœur. Moi je suis assez difficile à contenter, rares sont mes coups de cœur. J’ai d’abord été déçue en voyant l’épaisseur du livre à son achat, j’ai même eu du mal à le considérer comme un livre. Une nouvelle tout au plus. Quoi qu’il en soit, je pense que j’attendais beaucoup trop de ce livre pour l’apprécier à sa juste valeur. Résultat j’ai été déçue. L’histoire s’annonçait pourtant très belle. Mon premier soucis : la couverture de mon édition qui présentait une photo du film avec Michelle Laroque. Premier choc donc en découvrant le personnage de Mamie Rose dans l’oeuvre. Je trouve l’actrice vraiment loin du personnage que je m’étais imaginé mais la voyant sur la couverture, difficile de l’imaginer autrement après ça. Ce qui m’a beaucoup dérangé dans ce livre c’est le langage et le style d’écriture. Ok, c’est du point de vue de l’enfant mais plein de mots m’on gêné et j’ai du me référer aux annotations en bas de page bien trop souvent (chose qui m’énerve !). L’histoire en elle même est belle et touchante, la forme épistolaire (avec qui plus est Dieu !) a aussi été apporté de façon intelligente. Et bien entendu on pleure à la fin. Mais j’ai eu l’impression qu’on m’arrachait ces larmes, comme une publicité Unicef qui montre des enfants pour nous faire nous sentir encore pluuuus coupable !

NOTE : ★★★★☆☆

09 ◊ Les Petits Secrets d’Emma. Sophie Kinsella

RÉSUMÉ : Ce n’est pas qu’Emma soit menteuse, non, c’est plutôt qu’elle a ses petits secrets. Par exemple, elle fait un bon 40, pas du 36. Elle ne supporte pas les strings. Elle a très légèrement embelli son CV. Elle déteste sa cousine Kerry. Et avec Connor, son petit ami, au lit ce n’est pas franchement l’extase. Bref, rien de bien méchant, mais plutôt mourir que de l’avouer. Mourir ? Justement… Lors d’un voyage en avion passablement mouvementé, Emma croit sa dernière heure arrivée. Prise de panique, elle déballe tout à son séduisant voisin. Tout et plus encore. Sans imaginer que l’inconnu en question est l’un de ses proches. Très proche même…

→ Je pense qu’il s’agit de ma seconde ou troisième lecture du style Chick-Lit de toute ma vie. Autant dire que je ne suis pas très receptive au genre. J’ai tendance à tout trouver trop léger. J’ai lu ce livre pour un challenge sur le forum Scarlet-Roses, chaque mois un auteur est désigné et on doit lire un de ses livres. Ne voulant pas m’embarquer dans un saga telle que Confession d’un accro au shopping j’ai choisi celui ci. Alors oui, on passe un agréable moment à lire, c’est addictif mais je pense que justement ça l’est trop pour moi. La lecture passe tellement vite que je la trouve presque inexistante. Cela ne me marquera pas et je l’aurai oublié d’ici quelques semaines c’est certain et bien dommage car on ne peut nier le talent de Sophie Kinsella dans le genre. Son héroïne, Emma, est attachante et drôle. On prend plaisir à suivre ses mésaventures. Disons que ça détend et qu’on ne se prend pas la tête.  J’ai bouclé ma lecture en quelques heures.

NOTE : ★★★★☆☆

Publicités

2 réflexions sur “MARS / AVRIL

  1. C’est dommage pour Oscar & la dame rose, ça a été un tel coup de ceux pour moi ! Ru est chez moi, je le lirai peut-être alors 🙂 Hâte de découvrir Mes chères voisines aussi !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s